De wereldwijde coalitie voor democratie

Qu'est-ce qui stimule la participation citoyenne ?

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Political Culture and Active Citizenship Symposium

Qu'est-ce qui stimule la participation citoyenne ?

19-03-2018

Depuis sept ans, Dr Klaus Hofmann fait des recherches sur les instruments légaux de la démocratie directe dans le monde entier pour le Navigator for Direct Democracy. Tout au long de ses recherches, il a constaté que de nombreux pays ont mis en place des mécanismes qui permettent aux citoyens de participer à la prise de décisions. Cependant, la manière dont ces instruments ont été utilisés diffère énormément d'un pays à l'autre. Afin d'examiner comment ces différences se produisent, il a invité des chercheurs de sept pays à expliquer quels sont les obstacles et les stimuli à la participation des citoyens à l'élaboration des politiques dans leur pays. Au début de ce mois-ci, ils ont présenté leurs cas au symposium « La Culture Politique et la Citoyenneté Active » à la Bergische Universität Wuppertal.

Par Caroline Vernaillen

Navigator for Direct Democracy a été mis en place en 2011 dans le but de cartographier les procédures et pratiques de démocratie directe qui sont à la disposition des citoyens du monde entier. Mais en faisant des recherches sur ces instruments légaux, Dr Klaus Hofmann a commencé à se demander pourquoi ces outils, qui sont essentiellement semblables, étaient utilisés de manières si différentes. La réponse, a-t-il théorisé, doit être trouvée en partie dans les conditions qui découlent de l'utilisation d'instruments de démocratie directe. Parfois, les raisons peuvent se trouver dans des quorums élevés et des conditions d'accès, mais il faut aussi tenir compte de la culture politique des différentes sociétés. « En 2016, nous avons fait une vérification mondiale des faits et cela nous a donné des raisons de croire que les obstacles qui sont mis en place dans les modèles légaux de démocratie directe, tels que les quorums de participation, peuvent faire partie des raisons pour lesquelles ces instruments sont dans certains cas rarement ou même pas utilisés par les citoyens, » explique-t-il.

Pour mieux comprendre les instruments à la disposition des citoyens et comment ceux-ci interagissent avec la culture politique des différents pays « nous avons invité des participants du monde entier, des pays qui ont la possibilité pour les citoyens d'initier des lois : Pérou, Uruguay, Équateur, Slovaquie, Hongrie et Allemagne. Nous avons aussi invité quelqu'un de ce que l'on peut considérer comme un exemple en matière de démocratie directe : la Suisse, » dit-il.

Ces dernières années, la science politique s'est tournée vers ce que l'on appelle une "crise de la représentation". Les recherches suggèrent que les citoyens approuvent l'idée de démocratie représentative, mais jugent généralement la performance de leurs représentants avec scepticisme. Dans ce débat, la démocratie directe est souvent citée comme une solution, mais la mise en œuvre des instruments de démocratie directe diffère d'un pays à l'autre et ne s'aligne pas toujours sur les meilleures pratiques. D'une part, on constate une montée des mouvements populistes qui se légitiment par le biais de plébiscites organisés de haut en bas, qui sont très vulnérables à la manipulation.

Le professeur Zoltán Tibor Pallinger de l'Université Andrassy en Hongrie explique qu'étonnamment, ce n'est pas l'opposition ou les citoyens qui utilisent le plus activement la démocratie directe, mais le gouvernement, qui dispose déjà d’une majorité à l'Assemblée Nationale et est donc déjà complètement libre de suivre sa propre voie. Le professeur Pallinger explique comment le gouvernement actuel a "colonisé" la démocratie et la démocratie directe pour promouvoir son propre programme. Cela va des "campagnes d'information" gargantuesques aux plébiscites visant à influencer l'opinion publique, comme le tristement célèbre, mais raté, référendum sur les réfugiés l'année dernière.

De même, nous pouvons voir qu'en Équateur, des plébiscites ont été utilisés pour légitimer la politique du gouvernement. Le professeur Andrés Mejía Acosta du King's College London explique comment l'ancien président Correa a utilisé les plébiscites pour renforcer sa propre position, en les organisant à des moments où les sondages ont montré qu'il bénéficiait déjà d'un soutien important de la population. Lorsque ce soutien s'est affaibli, son intérêt à demander l'avis des citoyens s'est asséché. Cela a bien sûr amené les gens à manifester leur mécontentement d'une autre manière, en descendant massivement dans la rue.

Lorsque des instruments bottom-up, tels que les initiatives citoyennes et les référendums à l'initiative des citoyens, sont en place, leur utilité pour les citoyens est souvent limitée par des obstacles. Souvent, un très grand nombre de signatures est nécessaire pour initier un référendum et un quorum de participation élevé est requis pour que le référendum soit valide. Cela a parfois des effets secondaires particuliers.

Peter Spáč de l'Université Masaryk en République tchèque, qui a présenté le cas slovaque, explique par exemple comment les obstacles élevés ont fait du référendum initié par les citoyens un outil pour les partis politiques. Pour initier un référendum, « il est possible de recueillir 350.000 signatures, ce qui représente environ 8% de la population, ce qui est assez élevé. Il est difficile pour les citoyens normaux de collectionner ce nombre de signatures ; ce sont surtout les partis politiques qui sont en mesure de le faire, » explique-t-il.

En outre, le quorum de participation en Slovaquie est fixé à 50% de la population. Un seul référendum a réussi à atteindre ce quorum (sur l'adhésion à l'UE) et ce, uniquement grâce à la mobilisation massive des partis politiques. Dans tous les autres cas, le quorum de participation est si prohibitif que les organisateurs peuvent logiquement s'attendre à ce que leur référendum ne soit pas valide. Cela a conduit à des cas de faux référendums, où la question sur le bulletin de vote est beaucoup moins importante que celle de savoir qui est l'organisateur.

Le professeur Rafael Piñeiro, de l'Université Catholique d'Uruguay, explique que l'Uruguay a aussi des obstacles très élevés. Pour lancer un référendum, les citoyens doivent recueillir les signatures de 25 % de l'électorat, pour proposer un amendement à la Constitution ils ont besoin de la signature de 10% des citoyens. Toutefois, contrairement à ce qui se passe en Slovaquie, cela n'a pas conduit à une diminution de l'utilisation. « Au cours des 30 dernières années, ces différents mécanismes ont été beaucoup utilisés. Je pense que c'est parce que nous avons beaucoup d'organisations qui poussent leur agenda à travers ces mécanismes. Souvent contre le gouvernement, parce qu'ils estiment qu'il ne les représente pas adéquatement, » explique le professeur Piñeiro.

Lorsqu'on lui demande si cela conduit à un monopole des initiatives citoyennes par des organisations puissantes telles que les partis et les syndicats, il répond : « En partie oui, mais les partis et les syndicats sont prêts à être porteurs des revendications des petits groupes. Ils sont très réceptifs à d'autres organisations de la société civile qui n'ont elles-mêmes pas le pouvoir d'organiser un référendum. Il est nécessaire de construire des alliances.»

Au Pérou, l'instrument bottom-up le plus utilisé est celui des révocations, dit le professeur Arturo Maldonado de la Pontificia Universidad Catolica del Peru. Au niveau local, le Pérou voit des centaines de révocations chaque année, mais « ils ne sont pas utilisés pour activer la participation politique, mais comme un instrument pour les rivaux politiques, » affirme-t-il. « Les révocations pourraient être compris comme un second tour d'élections. Les rivaux politiques qui ont perdu les élections peuvent recueillir des signatures et demander de nouvelles élections. Ce n'est donc pas un instrument de participation, mais des élites locales pour rivaliser les unes avec les autres. »

Le dernier jour du symposium, le professeur Uwe Serdült, du Centre d'études sur la démocratie d'Aarau, a présenté le cas suisse, qui est souvent cité comme étant la forme de démocratie directe la plus complète et la plus efficace. En Suisse, a-t-il montré, « les instruments de démocratie directe se sont développés sur une longue période, » « Tout d'abord, il s'agissait de la capacité d'adopter et de modifier les constitutions. Ensuite, d'autres instruments ont été ajoutés afin que vous puissiez contester la législation au Parlement : vous pouvez collecter des signatures pour contester une décision parlementaire ou vous pouvez lancer une initiative citoyenne pour introduire une modification de la Constitution. Au niveau local, il existe de nombreux instruments permettant de sanctionner les décisions financières. »

Un argument souvent cité à l'encontre de l'exemple suisse est le faible taux de participation. Les chiffres officiels montrent qu'environ 50% de la population participe à n’importe quelle votation, qui ont lieu quatre fois par an. Il s'agit cependant d'un malentendu sur les statistiques, affirme le professeur Serdült. Les citoyens suisses ont tendance à choisir le moment de leur participation en fonction des questions sur le bulletin de vote. Quand on regarde la participation sur une période de quatre ans, pour comparer avec la participation électorale dans d'autres pays, on constate qu'elle est beaucoup plus près de 80%. En outre, les citoyens suisses sont beaucoup plus favorables à la politique de leur pays, car ce sont eux qui décident après tout.

Comme le montrent ces différents cas, le cadre juridique et la pratique dominante sont des facteurs importants pour motiver les citoyens à participer ou non à la politique, même lorsque les instruments sont disponibles. Il montre que les instruments légaux doivent être élaborés avec soin et qu'un contrôle indépendant de l'utilisation correcte de ces instruments est impératif. Lorsqu'on lui demande ce qu'il faut retirer de ce symposium, Dr Hofmann déclare : « Ce que je sais, c'est que nous devons parler, nous devons rester en contact et ainsi nous pouvons apprendre les uns des autres et nous pouvons améliorer les choses pour le peuple et pour la démocratie. »

Plus sur le Symposium "Political Culture and Active Citizenship"

Arturo Maltonado
Après près d'un siècle de turbulences politiques et économiques, le Pérou a rétabli la gouvernance démocratique depuis 2001. Dans les années 1980, le...

Stempel

Democracy International is een in Duitsland geregistreerde vereniging
(eingetragener Verein e.V.).

Gürzenichstraße 21 a-c
50667 Keulen
Duitsland
Tel.: +49 (0) 221 669 66 50
Fax: +49 (0) 221 669 66 599
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Volledige imprint hier

Bankrekening

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX
Bank für Sozialwirtschaft

Abonneer je

op ons nieuws, onze analyses en onze reportages over directe democratie in de wereld!

Subscribe

Volg ons op

randomness