the global coalition for democracy

L'occasion manquée de la démocratie directe au Pérou

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Arturo Maltonado

L'occasion manquée de la démocratie directe au Pérou

19-03-2018

Après près d'un siècle de turbulences politiques et économiques, le Pérou a rétabli la gouvernance démocratique depuis 2001. Dans les années 1980, le pays était menacé par la terreur du "Sentier lumineux". Dans les années 1990, le Pérou a souffert d'hyperinflation. Et alors que pendant l'ère Fujimori, à partir de 1990, le terrorisme et la crise économique ont été en grande partie éliminés, le Pérou était sous la dictature du président, qui a été condamné par la suite pour de nombreuses violations des droits de l'homme.

Face à cette histoire compliquée, la transition du Pérou vers la démocratie a commencé il y a 17 ans. La constitution de la république semi-présidentielle consacre non seulement quatre instruments de démocratie directe au niveau national, mais aussi deux au niveau local. Lors du symposium organisé par Navigator to Direct Democracy sur "La culture politique et le citoyenneté active" à la Bergische Universität Wuppertal, Arturo Maldonado, professeur à la Pontificia Universidad Catolica del Peru, a parlé avec Democracy International de l'utilisation de ces instruments au niveau local et de l'état actuel de la démocratie au Pérou.

Quels sont les instruments de démocratie directe au niveau local au Pérou ?

Au niveau local, nous avons deux instruments : l'un est la révocation et l'autre est la possibilité de faire une demande. Ainsi, par exemple, un groupe de citoyens peut recueillir des signatures et poser un certain nombre de questions. Le maire devrait alors répondre à ces questions.

Est-ce que beaucoup de gens les utilisent ?

Non, ils ne sont pas tellement utilisés, surtout les demandes ne le sont pas. Nous n'avons eu qu'un seul cas de ce genre à Lima, la capitale. Par contre, les révocations ont été massivement utilisées au Pérou. Nous avons des centaines de cas de révocations au niveau local chaque année.

Quel rôle ces instruments jouent-ils pour le développement démocratique du Pérou ?

Pas un grand rôle, surtout pas les révocations. Parce qu'ils ne sont pas utilisés pour activer la participation politique, mais comme instrument utilisé par les rivaux politiques. Les révocations peuvent être comprises comme un second tour d'élections : les rivaux politiques qui ont perdu l'élection peuvent recueillir des signatures et demander de nouvelles élections. Il ne s'agit donc pas d'un instrument de participation, mais d'une compétition entre les élites locales.

Votre présentation d'aujourd'hui s'intitulait "Usages et abus des instruments de démocratie directe au Pérou". Quels abus avez-vous rencontrés ?

On a abusé des révocations, parce qu'il y a eu beaucoup de révocations de maires. Il y a donc des milliers de maires et de membres du conseil qui ont été évincés de cette façon. Je pense que c'est un abus, parce que ce mécanisme de soi-disant démocratie directe n'est pas à la hauteur de l'idée qui était à la base : les partis de gauche dans les années 80 ont proposé des révocations comme instrument pour accroître la démocratie participative. Fujimorismo a également proposé des mécanismes de démocratie directe comme moyen d'augmenter les voix populaires. À l'heure actuelle, ces idées ne se concrétisent pas en raison de l'utilisation incorrecte des révocations. C'est pourquoi je pense que c'est un abus.

Mais je voudrais également souligner que les révocations peuvent être des instruments pour canaliser les conflits politiques, contrairement aux acteurs politiques qui se battent littéralement les uns contre les autres. Ils disposent au moins de ce mécanisme institutionnalisé pour rivaliser. Bien que ces élections après les élections conduisent à l'instabilité, elles sont au moins institutionnalisées. Sans les révocations, on en arriverait probablement à la violence et à la criminalité.

Le Pérou n'a rétabli la démocratie qu'en 2001, après plusieurs dictatures militaires tout au long du XXe siècle et l'autogolpe de Fujimori en 1993. Dans quelle mesure le Pérou est-il démocratique à votre avis aujourd'hui ?

Nous sommes une démocratie faible, parce qu'à l'heure actuelle, certains groupes tentent de présenter des pétitions. Par exemple, il y a une pétition au Congrès pour destituer le Président. C'est la deuxième pétition de ce genre au Congrès. Cela mène à l'instabilité au sommet du système ! Habituellement, lorsque le Président est destitué, le Vice-Président doit reprendre le poste. Mais le Vice-Président a déjà dit qu'il ne veut pas le faire. Cela signifie que si la pétition de destitution réussit, nous aurons de nouvelles élections.

Après 2001, le Pérou a connu un grand boom économique. Nous avons connu plusieurs décennies de croissance économique, ce qui s'est traduit par des avantages matériels : une classe moyenne croissante, moins de pauvreté, plus de ressources. Mais ce boom économique n’a pas été accompagné d'un développement institutionnel : il y a un fossé entre l'économie et la politique. L'économie va bien, mais la politique est faible. Cet écart est à l'origine de cette crise.

Dans quelle mesure votre pays a-t-il tiré les leçons de ses mauvaises expériences ?

Je pense que nous avons appris les mauvaises expériences en termes économiques. Par exemple, nous sommes très prudents en ce qui concerne l'inflation. Dans les années 80, nous avons connu une inflation très sévère : en 1989, nous avions un taux d'inflation de 5000% ! C'est comme au Venezuela en ce moment. Cela a mobilisé les gens contre l'instabilité économique.

Mais il n'en a pas été de même pour la politique, parce que les Péruviens sont aliénés de la politique. Les gens ne veulent pas faire partie de la politique. Ils ont donc peur des crises économiques, mais pas des crises politiques. Les perspectives de la démocratie au Pérou ne sont pas très bonnes - ce n'est pas une fin heureuse. La démocratie au Pérou se trouve actuellement dans une situation fragile.

Que faudrait-il faire pour améliorer la démocratie, pour qu'il y ait une meilleure perspective à l'avenir ?

Il pourrait y avoir deux façons. L'une est de bas en haut : pousser l'idée que la politique affecte la vie quotidienne. Les gens pensent maintenant que la politique est en quelque sorte séparée de la vie quotidienne, que la politique n'est que quelque chose que les politiciens font et non quelque chose que les gens font. Nous devons donc nous réapproprier l'idée que la politique est quelque chose à faire au niveau local. Qu'il s'agit de participation, du bien commun. C'est une question d'éducation.

Mais du haut vers le bas, le Pérou doit apprendre que la politique est plus que les différends politiques. Ils doivent investir du temps, ils doivent investir des efforts - non seulement pour maintenir l'économie, mais aussi pour développer des institutions au Pérou. De mon point de vue, c'est la recette gagnante dans le cas du Pérou. Développer une sorte de culture civique à partir de la base et des institutions fortes à partir du sommet.

 

Plus d'informations :

Le Navigator to Direct Democracy informe sur les instruments légaux au Pérou : http://www.direct-democracy-navigator.org/countries/peru/regional

Entretien réalisé par Melissa Ihlow

 

 

 

Plus sur le Symposium "Political Culture and Active Citizenship"

Political Culture and Active Citizenship Symposium
Depuis sept ans, Dr Klaus Hofmann fait des recherches sur les instruments légaux de la démocratie directe dans le monde entier pour le Navigator for...

Website Info

Democracy International is a registered association in Germany
(eingetragener Verein e.V.).

Gürzenichstraße 21 a-c
50667 Cologne
Germany
Phone: +49 (0) 221 669 66 50
Fax: +49 (0) 221 669 665 99
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Full website information here

Data protection - Datenschutz
 

Bank

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX

Bank für Sozialwirtschaft
Konto: 1515101
BLZ: 37020500

Sign up

to our news, analyses and features on direct democracy worldwide!

Subscribe

Follow us