Das globale Netzwerk für Demokratie

Le crowdsourcing est un pas en avant dans la participation citoyenne

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Elisa Lironis presentation of an EU pilot on air pollution

Le crowdsourcing est un pas en avant dans la participation citoyenne

08-03-2018

Cette année, la Journée de la Démocratie Numérique, initiée par ECAS, s'est concentrée sur la question de savoir comment le crowdsourcing peut améliorer et simplifier la participation des citoyens tant au niveau local qu'au niveau de l'UE.

Par Melissa Ihlow

La Journée de la Démocratie Numérique est une journée pour reconnaître et applaudir les efforts déployés à travers l'Europe, du niveau local au niveau national et européen, pour moderniser la démocratie afin de s'adapter aux réalités du 21e siècle. Organisée par notre partenaire ECAS et avec plus de 140 inscrits pour l'événement du 27 février à Bruxelles, l'aspect numérique de la Journée de la Démocratie Numérique 2018 a également été activement appliqué, avec près de 4000 personnes utilisant le livestream.

Le thème de cette année était le crowdsourcing au niveau de l'UE et comment utiliser ces méthodes pour s'assurer que les décisions sont prises avec les citoyens et non pour eux. Le crowdsourcing est un moyen de résoudre des problèmes et de produire de nouvelles idées en se connectant en ligne avec des gens qu’on n'atteindrait pas autrement. Comme l'information est échangée à la vitesse de l'éclair sur Internet, les citoyens ont la possibilité d'apprendre des autres et de collaborer. L'Internet et le crowdsourcing peuvent fournir aux citoyens de nouveaux instruments pour s'organiser, participer au processus démocratique et s'informer sur les processus de prise de décision dans leurs communautés. Dans la sphère politique, le crowdsourcing peut être utilisé à de nombreuses étapes de la législation, que ce soit pour l'identification des problèmes, pour la collecte d'arguments, pour la prise de décision ou même pour mettre en œuvre de solutions.

Les principales questions posées lors de la conférence avec deux panels étaient les suivantes : le crowdsourcing pourrait-il être la voie à suivre pour promouvoir la citoyenneté européenne ? Peut-elle améliorer les conditions d'une participation civique et démocratique au niveau de l'UE afin de contribuer à la compréhension des citoyens des processus d'élaboration des politiques de l'UE ? Pour répondre à ces questions, ECAS a invité 13 intervenants de tous les coins de l'Europe.

La première table ronde s'est concentrée sur les leçons apprises des citoyens au niveau national, où quatre plates-formes engagées dans le renforcement de la participation des citoyens au niveau local ont été présentées et discutées. Imants Breidaks, PDG de ManaBalss.lv en Lettonie, a présenté une infrastructure de démocratie numérique qui permet aux citoyens de modifier la législation de leur pays. 70% des Lettons ont visité le site web, 200.000 personnes en Lettonie ont voté au moins une fois sur le site web et 50% de toutes les initiatives enregistrées sur la plateforme ont reçu le nombre de votes requis pour voir un acte législatif. Non seulement les chiffres sont impressionnants, mais l'un des principes directeurs de la plate-forme est que les citoyens devraient avoir accès au pouvoir politique le plus élevé sans avoir besoin d'être des experts dans la rédaction d'articles juridiques.

Nicolas Patte du projet 'Parlement & Citoyens' critiquait alors les outils archaïques de l'élaboration des politiques en France, soulignant que les gens d'aujourd'hui sont beaucoup plus informés, connectés et intelligents - c'est pourquoi les citoyens d'aujourd'hui veulent être impliqués dans la prise de décisions qui les concernent plus que jamais. La plate-forme de collaboration entre les parlements et les citoyens pour l'élaboration des lois est ouverte à toute connaissance ou information de la part des citoyens. Comme l'a si bien dit Patte, "le nombre de participants ne fait pas de la participation un succès ou un échec,"c'est "la diversité mise sur la table par l'intelligence collective" qui est plus importante. Et ces deux plates-formes n'étaient pas les seules à faire état de bonnes expériences avec le crowdsourcing au niveau local. D'autres intervenants ont confirmé les réactions positives des citoyens et leur volonté de participer activement à la prise de décisions politiques.

Le deuxième panel, présentant des idées pour un projet pilote de crowdsourcing au niveau de l'UE, a utilisé ces expériences au niveau local pour encadrer un éventuel projet de crowdsourcing au niveau transnational. L'objectif global du crowdsourcing au niveau de l'UE à ce stade devrait être d'informer et de sensibiliser les citoyens sur la manière dont ils peuvent participer à la prise de décision, de promouvoir le concept de citoyenneté européenne active et d'améliorer les conditions de participation démocratique des citoyens en général.  Cela renforcera non seulement la confiance dans les institutions européennes, mais aussi rapprochera les citoyens de l'élaboration des politiques supranationales dans l'UE et leur donnera une voix.

ECAS recommande d'utiliser le crowdsourcing principalement à deux phases du cycle politique : l'identification des problèmes et la formulation des politiques. Les citoyens identifieraient d'abord les problèmes qu'ils rencontrent dans leur vie quotidienne et exprimeraient ensuite comment, selon eux, les décideurs devraient résoudre ces problèmes. Pour les élections de 2019, l'objectif de l'ECAS est d'atteindre les Spitzenkandidaten pour qu'ils s'engagent sur le sujet et prennent en compte l'avis des citoyens s'ils veulent se faire élire. Pour que le projet pilote soit couronné de succès, les acteurs de la société civile et les ONG doivent être impliqués en tant que médiateurs entre les citoyens et les institutions politiques.

Dans ce contexte, Elisa Lironi, responsable de la démocratie numérique de l'ECAS, a suggéré un projet pilote au niveau de l'UE sur le thème de la qualité de l'air. L'air, comme l'eau, est un droit humain fondamental que chacun peut soutenir sur le plan personnel et où l'on peut voir se créer une volonté politique. La pollution de l'air est responsable de 400 000 décès prématurés chaque année en Europe seulement, et ses coûts estimés dans l'UE dépassent 330 milliards d'euros.

La deuxième partie de la conférence a également laissé place à des voix critiques concernant l'utilisation du crowdsourcing et ses limites. Par exemple, Stefan Schaefers, qui est responsable des affaires européennes pour la Fondation Roi Baudouin, a alerté qu'un projet pilote au niveau de l'UE pourrait être dangereux maintenant, car il y a de fortes chances d'échec en raison du manque de temps avant les élections de 2019. Il a déclaré qu'il doit y avoir une représentation exacte de tous les types de citoyens, ce qui est difficile à réaliser en ligne, d'autant plus que dans le passé, les groupes d'intérêts ont dominé les discussions.

Pour Rasmund Ojvind Nielsen, chercheur pour le Danish Board of Technology Foundation, le crowdsourcing sous forme numérique est même une passerelle pour une fausse participation et un dialogue purement en ligne manque une occasion de délibération. Suivant cette logique, la participation mixte est une condition sine qua non pour la démocratie électronique de l'UE, combinant les méthodes traditionnelles de participation en face à face telles que les ateliers ou les forums citoyens avec la participation électronique. En outre, la combinaison de méthodes en ligne et hors ligne permet aux élites politiques de recalibrer plus facilement leur boussole politique avec l'aide de citoyens ordinaires.

Pour mettre ces doutes en contraste, Aline Muylaert du CitizenLab a présenté une plate-forme qui est déjà utilisée par 65 gouvernements dans le monde entier. Il permet aux citoyens de personnaliser et de filtrer la plate-forme en fonction de leurs intérêts personnels et de l'endroit où ils se trouvent. Avec cette plateforme, qui pourrait potentiellement être utilisée pour le crowdsourcing au niveau de l'UE, les gouvernements sont en mesure d'engager les citoyens dans des projets de participation, de gérer les contributions des citoyens et de mieux comprendre leurs besoins sur la base de données. Entre autres, la recommandation de Mme Muylaert pour un projet pilote de l'UE est de stimuler la participation civique en visualisant le processus décisionnel afin de le rendre plus transparent pour la population.

Ce qui reste comme impression d'ensemble de la conférence peut être résumé avec les mots utilisés par Gilles Pelayo dans son discours-programme : "Les outils du crowdsourcing peuvent jouer un rôle très important dans l'invention démocratique. En même temps, il faut être conscient qu'au moins le crowdsourcing en ligne est un outil complémentaire, et non pas un outil politique de remplacement." De plus, la majorité semblait être d'accord avec ce que Josien Pieterse de Netwerk Democratie a dit : "La démocratie représentative ne peut survivre sans plus de démocratie délibérative. Par conséquent, la participation des citoyens sur les plates-formes de crowdsourcing est un pas dans la bonne direction."

Impressum

Democracy International ist ein eingetragener Verein (e.V.) mit Sitz in Deutschland

Gürzenichstraße 21 a-c
50667 Köln
Deutschland
Tel: +49 (0) 221 669 66 50
Fax: +49 (0) 221 669 66 599
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Zum vollständigen Impressum

Bankverbindung

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX

Bank für Sozialwirtschaft
Konto: 1515101
BLZ: 37020500

Informieren

Sie sich mit unserem Newsletter über direkte Demokratie in der Welt!

Subscribe

Folgen Sie uns!