La coalition mondiale pour la démocratie

Corée du Sud : De lacrymogène à la chandelle

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Candlelight rally against Park Geun-hye. Foto credit Teddy Cross (CC BY 2.0)

Corée du Sud : De lacrymogène à la chandelle

19-01-2018

En 1987, les manifestations démocratiques sud-coréennes ont abouti à l'élection directe du président, ouvrant la porte à un système politique juste et non-violent. En 2017, des manifestations à l'échelle nationale conduisirent à la destitution d'une présidente qui, selon beaucoup, abusait de son pouvoir depuis trop longtemps. Serons-nous capables de franchir le pas final et de faire de la Corée une véritable démocratie participative ?

Par Jung Ok Lee, Professeur de sociologie, Daegu Catholic University et membre du conseil d'administration de Democracy International

Les dernières années ont été turbulentes pour la Corée du Sud - la révolution démocratique de 2017 a ouvert une boîte de Pandore aux cicatrices oubliées, souvent cachées, de la démocratisation coréenne, incarnée par la sortie du film "1987", qui traite de la mort de deux militants lors du soulèvement démocratique de juin 1987. Le contraste entre les manifestations de 1987, où l'on a bravé les gaz lacrymogènes, la répression violente et même la mort, et les rassemblements aux chandelles de 2017, avec leur ambiance festive et culturelle, ne pouvait pas être plus grand. Il met à nu le fossé générationnel entre ceux qui ont grandi avant 1987 et ceux qui ont grandi après. L'incroyable différence entre les deux révolutions témoigne du processus rapide de démocratisation de la Corée. La lutte des années 1980 pour des élections présidentielles directes, au lieu du processus obscur et autocratique d'élections indirectes qui était en place auparavant, a donné un coup de fouet à la démocratie coréenne.

Les circonstances de cette lutte ont été rappelées à l'esprit collectif l'année dernière, par le film "1987", qui a eu plus de 5 millions de spectateurs. La mort tragique de deux étudiants universitaires innocents, Park et Lee, a lourdement marqué les manifestations. Park est mort alors qu'il était torturé par la police, sous prétexte de "défendre la sécurité nationale". Lee a été frappé par une grenade à gaz lacrymogène lors d'une manifestation des étudiants contre les pratiques de torture du régime. Ces morts honteuses de deux jeunes ont déclenché la colère des manifestants et les ont conduits à défier la peur et les barrages de sécurité. Leur indignation a finalement conduit à l'amendement qui a introduit l'élection directe du président dans la Constitution coréenne.

Les manifestations à la chandelle de 2017 ont pu bénéficier de deux améliorations majeures dans le paysage politique suite à la lutte précédente : la non-violence et l'État de droit. La manifestation a pris la forme d'un festival ; les gens ont chanté, dansé, parlé et défilé en tenant des bougies. Le simple fait que les gens pouvaient participer sans avoir peur était un choc culturel pour ceux qui ont grandi avant 1987, alors qu'il allait de soi pour la génération d'après 1987. La participation populaire s'est avérée être une valeur ajoutée au fonctionnement de nos institutions démocratiques.  Le peuple coréen a exigé la destitution de l'ancienne présidente Park, l'accusant d'exercice arbitraire de son pouvoir politique, et leurs revendications ont été mises en œuvre par la cour constitutionnelle, une autre émanation de la démocratisation coréenne, à la demande du parlement. La volonté du peuple a été acceptée par l'organe de représentation. En 30 ans, nous sommes passés de la revendication du droit de vote à la revendication de destitution, démontrant que la volonté populaire de participer et d'intervenir a également évolué.

Nous espérons maintenant que la démocratie directe moderne est également en voie d'institutionnalisation. Le gouvernement actuel a fait preuve d'une volonté politique de mettre en place une forme d'initiatives citoyennes, où les initiatives qui recueillent le soutien d'au moins 200 000 personnes nécessitent une réponse obligatoire du gouvernement. Mais le pouvoir de modifier la Constitution de 1987 est encore exclusivement entre les mains du parlement et du gouvernement, et l'introduction des droits d'initiative et de référendum en dépend donc. Pour le moment, l'élan n'est pas encore assez fort. Et les Coréens sont parfois réticents à accepter l'idée de référendums, en raison des souvenirs des plébiscites tenus par les dictateurs militaires.

En même temps, notre démocratie est aujourd'hui si forte que même une menace de missiles nord-coréens ne pouvait plus permettre une prise de pouvoir militaire au nom de la sécurité nationale. Au lieu de cela, nous attendons les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang, où des athlètes de toute la Corée participeront sous un drapeau commun. C'est notre message au monde : "Nous trouverons le chemin. Nous l'avons toujours fait."

Sceau

Democracy International est une association enregistrée en Allemagne
(eingetragener Verein e.V.).

Friedrich-Ebert-Ufer 52
51143 Cologne
Allemagne
Tel.: +49 (0) 2203 102 14 75
Fax +49 (0) 2203 59 28 62
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Sceau complet

Compte en banque

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX

Bank für Sozialwirtschaft
Konto: 1515101
BLZ: 37020500

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Suivez nos activités