La coalition mondiale pour la démocratie

La flamme de la démocratie en Corée du Sud

Protest at Gwanghwamun Gate. Foto credit Jjw (CC BY 2.0)

La flamme de la démocratie en Corée du Sud

19-01-2018

La République de Corée a traversé une période agitée ces dernières années, mais avec la présidence de l'ancien militant pour la démocratie et avocate des droits de l'homme Moon Jae-in espoirs d’une démocratie revigorée sont plus forts que jamais. Le fondateur de Democracy International, Daniel Schily, s'est entretenu avec Yoon Lee de la Korea Democracy Foundation sur ce que l'avenir réserve.

Il y a un peu plus d'un an, des centaines de milliers de Coréens ont participé à la "révolution aux chandelles" qui a conduit à la destitution et à l'arrestation du président Park Geun-hye, fille de l'ancien dictateur militaire Park Chung-hee et première femme présidente. Les protestations contre Park Geun-hye avaient été déclenchées par un scandale époustouflant dans lequel elle s’est vue accusée d'abus de pouvoir, de corruption et d'accorder à un ami personnel l'accès aux secrets d'État. Le scandale a provoqué une mobilisation unique des citoyens dans les plus grandes manifestations politiques depuis le soulèvement de 1987 contre le régime militaire. La révolution et la destitution de Park ont cédé la place à un mouvement démocratique relancé qui a porté Moon Jae-in à la présidence, et avec lui l’espoir d’une démocratie participative moderne.

Daniel Schily : Nous sommes à la fin d'une conférence très animée et intense sur la révolution citoyenne et les nouveaux développements démocratiques en Corée. Vous avez également participé à la récente révolution aux chandelles, pouvez-vous nous parler un peu de la situation actuelle en Corée ?

Yoon Lee : Les citoyens qui ont participé à la révolution aux chandelles sont très fiers des réalisations que nous avons accomplies, tout comme la société civile. La société civile surveille maintenant de près la nouvelle administration et le nouveau gouvernement pour voir s'ils fonctionnent bien. Il y a beaucoup de défis que nous avons hérité du dernier gouvernement. Beaucoup d'intérêts différents surgissent et ils ont tous leurs propres visions et priorités. Il doit être décourageant pour cette administration de commencer à travailler, mais elle collabore très bien avec la société civile : elle veut créer de nouvelles politiques qui soutiennent la société civile. Nous sommes donc tous très attentifs.

DS : Après la révolution aux chandelles, il semble que les sentiments sont très positifs ; il y a un vrai sentiment d'unité. Comment la Korea Democracy Foundation peut-elle aider la société à faire avancer l'élan de la révolution et à travailler réellement sur la démocratie ?

YL : En ce moment, nous travaillons beaucoup sur le thème de l'éducation à la citoyenneté démocratique. Traditionnellement, on l'appelait "éducation civique", mais nous voulions clairement la déconnecter de cela parce qu'elle existait sous le régime autoritaire. Par l'éducation civique, ils voulaient susciter une plus grande loyauté envers la nation et les gens au pouvoir. Moi-même, en tant qu'élève, j'ai dû mémoriser des serments à la nation. Je me souviens encore de certains d'entre eux ! Nous voulons séparer ce que nous faisons de l'éducation civique traditionnelle.

Nous travaillons depuis longtemps sur l'éducation à la citoyenneté démocratique avec plusieurs organisations de la société civile, mais les deux derniers présidents n'ont pas aimé l'idée que nous avions développée. Le budget a donc beaucoup diminué et le département de l'éducation de la Korea Democracy Foundation a même dû être écarté.

DS : C'est donc en fait un moment important pour rappeler au président Moon Jae-in d'être vraiment honnête, de tenir ses promesses d'introduire plus de démocratie, également plus de démocratie directe, et de financer l'éducation à la citoyenneté démocratique et le travail démocratique.

YL : Oui, donc dans le cabinet du président Moon, il y a quelques personnes qui ont travaillé avec nous dans le passé. Par exemple, le Secrétaire pour la société civile a travaillé avec nous à plusieurs reprises. Il s'intéresse de près à l'éducation à la citoyenneté démocratique et nous avons donc pu travailler davantage sur ce sujet. Nous avons élaboré un nouveau plan pour le programme éducatif, au niveau national, avec le ministère et nous travaillons également à la relance du département de l'éducation au sein de la Korea Democracy Foundation.

DS : La révolution à la chandelle a-t-elle changé l'attitude des jeunes Coréens ? Parce que nous considérons souvent les jeunes comme de simples étudiants, ou même des consommateurs, il n'est donc pas toujours facile pour eux de s'engager dans des questions politiques. Cependant, ces manifestations à la chandelle étaient aussi des événements sociaux : ont-elles changé les attitudes des jeunes ? Cela les a-t-il poussés à s'impliquer davantage dans la démocratie en Corée ?

YL : Oh oui ! Vous savez qu'après la démocratisation constitutionnelle (en 1987) et l'élection directe du président, la jeune génération ne s'intéressait plus du tout à la politique. Ils pensaient juste que c'était un jeu de vieux. Mais les adolescents d'aujourd'hui sont beaucoup plus intéressés par la participation ! Ils s'intéressent à des questions qui les concernent directement, comme la politique éducative, l'intimidation dans les écoles, etc. Mais ils s'intéressent aussi davantage aux questions sociales en général. Ils participent plus souvent à des événements et viennent souvent en grands groupes.

Parfois, lorsqu'ils trouvent que la politique éducative ou la politique scolaire est injuste, ils soulèvent eux-mêmes la question. Ils font des affiches ou des banderoles et les affichent sur les murs de leurs écoles. Auparavant, les directeurs et les enseignants s'en débarrassaient tout simplement et ignoraient les griefs des élèves. Ils pensaient que les étudiants étaient des gens qu'ils devaient diriger, et rien de plus. Ils s'attendaient simplement à ce que les élèves les suivent, mais ces jours-ci, ils ne peuvent pas réprimer les opinions des élèves, parce que les jeunes connaissent maintenant leurs droits, leur droit de résister ou leur droit de dire "non". C'est un grand changement.

DS : La culture de la prise de parole et de la manifestation est donc déjà présente et semble bien établie après la révolution aux chandelles. Nous attendons également avec impatience les changements constitutionnels promis par le président Moon Jae-in. Davantage d'instruments de démocratie directe seront-ils introduits, comme il l'avait suggéré ? Qu'en attendent les jeunes ?

YL : Le président Moon Jae-in a fait quelques commentaires suggérant qu'il envisage d'introduire davantage de démocratie directe dans la législation et la constitution coréennes. Mais il s'agit d'une question qui prend beaucoup de temps, car de nombreux députés, membres de partis et politiciens traditionnels s'y opposent. Ils craignent qu'une démocratie plus directe affaiblisse le pouvoir de la démocratie représentative. Il faudra beaucoup de dialogue avec les gens qui ont traditionnellement détenu le pouvoir. Les citoyens veulent certainement une démocratie plus directe, mais les hommes politiques traditionnels s'y opposent actuellement.

DS : Un changement de culture est nécessaire pour cela : la création d'une culture ouverte, une culture de débat... Mais je pense que les jeunes Coréens sont prêts à pratiquer la démocratie directe aussi bien que la démocratie représentative.

YL : Oui, c'est pourquoi il est si important de travailler sur l'éducation à la citoyenneté démocratique ! Pour que les jeunes puissent mieux connaître leurs droits. Ils doivent les pratiquer quotidiennement. Aujourd'hui, la culture démocratique directe, la culture participative, a définitivement été cultivée plus qu'il y a dix ans. De plus en plus de gens sont conscients de leurs droits et du concept de démocratie directe. Mais pour changer la législation, nous avons besoin d'une volonté politique suffisante au sein du parlement, et c'est un défi tout à fait différent.

La société civile devra s'engager davantage et engager une véritable conversation avec les parlementaires. La société civile devra exercer des pressions si l'on veut aboutir à une législation concrète. Le président Moon Jae-in est en fait favorable à l'inclusion d'éléments du mouvement de démocratisation dans la Constitution, mais nous avons besoin d'un dialogue social approfondi et ce sera un long processus. Mais nous en avons besoin et nous le voulons tous, alors les choses semblent optimistes !

Sceau

Democracy International est une association enregistrée en Allemagne
(eingetragener Verein e.V.).

Friedrich-Ebert-Ufer 52
51143 Cologne
Allemagne
Tel.: +49 (0) 2203 102 14 75
Fax +49 (0) 2203 59 28 62
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Sceau complet

Compte en banque

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX

Bank für Sozialwirtschaft
Konto: 1515101
BLZ: 37020500

Inscrivez-vous

À nos nouvelles, nos analyses et nos reportages concernant la démocratie directe partout sur la planète!

Subscribe

Suivez nos activités